Les premiers astrologues

Publié le par Valéry Mordelet

Faisons un très grand bon en arrière. Bien avant l'ère chrétienne. Imaginons à quoi pouvait ressembler un monde sans téléphone portable, sans électricité, sans véhicules à moteur. Sans avion, ni bateaux pour traverser les océans. Un monde où chaque nuit éclaitaient les lumières, au dessus de la tête des hommes, de milliards d'étoiles. Dont nous ne voyons plus aujourd'hui qu'une pâle image. Homo Sapiens, conquérant, guerrier, découvreur, nomade, puis agriculteur, marche sur la terre.  Beaucoup plus "connecté" à son environnement que nous ne le sommes, dépendant immédiatement des ressources qui l'entourent, pour quotidiennement trouver de quoi se nourrir et nourrir les siens. Confronté à une nature rude, sauvage. Brute et nue. L'orage gronde et les éclairs le terrorisent. Le feu le fascine. L'eau est précieuse pour la vie, les cultures, précieux sont les animaux. A travers le monde de grandes civilisations vont au fil des millénaires bâtir des empires. De la Chine à l’Égypte, de Sumer aux grandes cités du Mexique, de l'Amérique du sud. Des civilisations dont nous admirons les incroyables connaissances et compétences architecturales, médicales, agraires et astronomiques.   C'est en Mésopotamie et en Égypte, aux environs de 3.800 ans avant J.C., que l'on a retrouvé les premières tablettes d'argile où s'inscrivaient avec une exactitude remarquable les positions planétaires. Tous les grands monuments de ces civilisations sont alignés sur des axes immuables, liés aux positions du soleil aux solstices et équinoxes ou à l'alignement sur certaines étoiles et constellations. Les prêtres, attentifs aux déplacements stellaires, aux mouvements du soleil et de la lune, aux éclipses, les marièrent aux cycles et aux rythmes de la nature. Croissance des récoltes, gestation des animaux, mais aussi calamités et disettes répondent à une écriture céleste. Les hommes identifièrent et définirent ces forces qui prirent le nom et le visages de Dieux auxquels la bonne marche des cités devait se plier. Toutes les genèses du monde reprennent, sous des noms différents, l'identité de ces éléments, de ces forces qui accompagnent les cycles de la vie sur terre, et celui de la vie des hommes.  Les planètes, jusqu'à Saturne étaient connues. Aucun prêtre astronome/astrologue de l'époque ne doutait que la terre fut ronde. En 1000 AV JC, le babylonien Mul Alpin avait compilé sur des tablettes le nom de 66 étoiles et constellations.

Tablette de Mul Alpin
Une tablette de Mul Alpin, prêtre babylonien

 

Publié dans Petits billets, Histoire

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article